Les traitements des Syndrômes d'Apnée du Sommeil

LES MESURES HYGIÉNO-DIÉTÉTIQUES EN CAS D’APNÉE DU SOMMEIL

 Le suivi de mesures hygiéno-diététiques constitue un premier traitement indispensable de l'apnée du sommeil. Dans les formes légères, cela peut suffire.

Ces mesures consistent à :

  • perdre du poids en cas de surpoids ou d'obésité ;

  • supprimer l’alcool, le tabac, les drogues et les anxiolytiques ;

  • modifier votre position pour dormir. En cas d'apnée du sommeil modérée, le fait de dormir sur le côté, et non sur le dos, peut réduire de moitié le nombre d'obstructions pendant la nuit. Si vous n'y arrivez pas, il existe des dispositifs pour vous aider ; parlez-en à votre médecin. 

Poids âge et apnées

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT OBÈSE

 L'obésité est un problème de santé publique majeur caractérisé par une difficulté des personnes qui en souffrent de perdre du poids de manière durable.

Par leurs conséquences sanitaires et socio économiques, le surpoids et l'obésité demeurent des préoccupations prioritaires de Santé Publique en Europe.

En Belgique, les taux de surpoids (indice de masse corporelle (IMC) compris entre 25 et 30 kg/m²) et d'obésité (IMC de 30 kg/m²

ou plus) sont respectivement de 33 % et 14 %,

soit quasiment un adulte sur deux en excès de poids.​

 

De nombreuses recommandations existent concernant la prise en charge de l'obésité et du surpoids.
Le traitement vise la perte de poids mais aussi et surtout la réduction des risques et l'amélioration de la santé. Chez l'adulte, ces objectifs peuvent être atteints par une perte de poids modeste : 5 à 10 % du poids initial.


Néanmoins les résultats à moyen et à long terme posent question.
La majorité des patients adultes en surpoids ou obèses ne parviennent pas à perdre du poids durablement. De manière globale, seulement 20 % de la population obèse parvient à conserver une perte de 10 % du poids initial à un an, les chiffres se réduisant davantage lorsqu'on augmente la durée du suivi.

Les stratégies thérapeutiques devraient davantage se centrer sur l'accompagnement du patient et la prévention que sur la seule perte de poids, incluant la recherche d'une meilleure qualité de vie.

Dans le domaine de l'obésité, cet apprentissage du "vivre avec" la maladie prend tout son sens et exige que le patient soit pleinement acteur dans la recherche de solutions.

L'éducation thérapeutique du patient (ETP) est considérée comme un levier de changement dans son traitement contre l'obésité (voir aussi le paragraphe ci-contre).

La personne obèse n'a pas besoin de développer de grandes compétences d'auto-soins si ce n'est quelques éléments sur la balance énergétique, l'activité physique et la diététique. L'enjeu véritable pour le patient obèse est d'apprendre à vivre mieux avec la maladie : "comment affronter le regard des autres ?", "comment conserver une estime de soi ?".

Une prise en charge qui viserait exclusivement la correction du déséquilibre énergétique est ainsi vouée à l'échec.

Les professionnels de la santé sont ainsi de plus en plus amenés à mieux percevoir et prendre en considération les attitudes de leurs patients obèses concernant la satisfaction corporelle et le regard des autres.

 

obésité.png

DÉFINITION DE L'EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT (ETP)

selon l'Organisation Mondiale de la santé, 1998

L'éducation thérapeutique du patient a pour but de former les patients à l'autogestion, à l'adaptation du traitement à leur propre maladie chronique, et à leur permettre de faire face au suivi quotidien... L'ETP doit être réalisée par des soignants formés à l'éducation du patient, et doit être conçue pour permettre au patient (ou à un groupe de patients et aux familles) de gérer le traitement de leur maladie et de prévenir les complications, tout en maintenant ou en améliorant leur qualité de vie.

LES PRINCIPES NUTRITIONNELS DE BASE

 Voici quelques conseils permettant de retrouver le plus rapidement un état de santé optimal.

Il est avant tout nécessaire d'être à l'écoute de son corps.
Celui-ci exprime mieux que la tête ce dont il a besoin et ce qui ne lui convient pas, et comment adapter les traitement et leur durée.

La boisson principale à consommer chaque jour est l'EAU.

Buvez-en au moins un litre par jour par quantités modérées tout au long de la journée. Pensez à diversifier les eaux minérales de qualité et peu chargées en minéraux.

Préférez les aliments complets, non raffinés, frais et locaux.

Privilégiez une alimentation fraîche, saine et biologique, et de préférence de saison :

  • Les légumes crus en journées, cuits à la vapeur le soir,

  • Les fruits, également les fruits séchés au soleil (raisins, abricots, pruneaux, figues, dattes, ...), les noix et les graines. Evitez les agrumes autres que le citron car ils acidifient,

  • Les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots blancs et rouges, ...)

  • Les céréales complètes (riz, quinoa, sarrasin, amarante, petit épeautre, ...)

  • Les graines germées (luzerne, poireaux, ail, radis, ...)

  • Les huiles végétales vierges de première pression à froid. Privilégiez celles contenant beaucoup d'oméga 3 (noix, chanvre, colza, cameline, lin). Conservez-les toujours au frigo et utilisez-les sur les crudités en début de repas ou sur les légumes cuits tiédis dans l'assiette,

  • Les poissons, surtout les poissons gras des mers du Nord comme le maquereau, la sardine, l'anchois, le hareng, le saumon, ....),

  • Les viandes blanches de volaille,

  • Un ou deux œufs, le jaune cru et le blanc cuit : à la coque, mollet ou sur le plat)

  • Les aromates et épices.

Limitez les produits laitiers d'origine bovine ordinaire (ils sont presque tous homogénéisés) : lait de vache, beurre de vache, yaourt et fromages au lait de vache.

A noter : la margarine n'est pas préférable.De même, les produits laitiers sans lactose (sucre naturel du lait) ne sont pas mieux tolérés (ne sont concernées que les rares personnes qui y sont allergiques). Ce sont les traitements subis par le lait et l'alimentation donnée aux vaches qui posent problème.

Évitez les aliments raffinés tels que le riz blanc, le pain blanc, le sucre blanc, ainsi que tous les produits qui en contiennent. Préférez le sucre de canne non raffiné, le miel, le sirop d'érable ou d'agave.

Évitez les colorants et les conservateurs. Préférez les produits frais et/ou biologiques sans conservateurs et colorants artificiels.

Évitez les viandes rouges et les charcuteries.

Évitez les graisses cuites et les huiles hydrogénées (margarines notamment et limitez la consommation d'huile de palme ("graisses végétales").

 

eau.jpg
pyramide-des-aliments.jpg
lait stop.jpg
additive free.jpg